Quoi ?

Nous interrompons cette série sur le mariage japonais pour une édition spéciale (au fait, je ne me marie pas, mais vous pouvez quand même m’envoyer vos dons au 3615DES-SOUS. Ha ha, ça tombe bien, je suis au 36e dessous !)

Avez-vous remarqué comme c’est rare que tout se passe exactement comme prévu ? Je ne parle pas de “la SNCF est en retard comme prévu” mais plutôt de “J’ai déménagé et obtenu mon visa comme prévu”.

Je ne me souviens pas avoir obtenu un visa facilement, quoique les visas chinois ne soient pas vraiment inaccessibles. Le truc c’est que cette fois, je dois sérieusement envisager mon billet de retour.

Outre le fait que j’ai toutes les peines du monde à organiser mon déménagement vers mon nouveau lieu de travail, “obtenir le renouvellement de mon visa” est passé de trop fastoche à mission impossible. Au départ, selon Mme du comptoir d’accueil du bureau de l’immigration, je n’avais rien d’autre à faire que commencer mon nouveau stage et puis venir réclamer une extension de visa.

Malheureusement, il fallait en fait demander un nouveau visa avant de commencer le stage, ce dont m’a gentiment informé mon responsable de stage chez Honda. Donc j’ai obtenu une liste de papiers à fournir. Or la liste dont disposait Mr le responsable des visas au bureau de l’immigration était totalement différente. J’ai donc imprimé les nouveaux documents et ai fait ma demande de visa. Jusque là, un mois s’était écoulé… Une semaine plus tard, je reçois un nouveau courrier avec une liste de nouveaux papiers à fournir dans un délai d’une semaine, dont une convention de stage signée par mon école et par l’entreprise. Nous sommes le 14 Octobre.

Je contacte donc le service des stages de l’école, pas de réponse. J’insiste, et on m’informe que le service est en congés exceptionnels jusqu’au 25 Octobre. Je m’en vais mendier un délai au bureau de l’immigration : ouf, j’ai maintenant jusqu’au 7 Novembre. Sauf que mon stage commence le 1 Novembre.

Le service des stages réouvre. Le responsable ne peut en fait pas m’aider et me redirige vers mes profs. Une convention normale s’avère en fait impossible. Tout le monde se creuse la tête et arrive à une possibilité de contrat entre l’école et l’entreprise. Nous sommes le Vendredi 26. Il ne manque que l’approbation du responsable-contrats de l’école.

Lundi 29, toujours pas de réponse du responsable. Je me rends compte que nous somme le premier jour des vacances d’automne en France. L’entreprise  au Japon s’impatiente et demande une convention avant le 31. J’envoie des mails désespérés à tout le corps professoral.  Voilà plusieurs jours que je passe devant mon PC à scruter ma boite mail jusqu’au milieu de la nuit, décalage horaire oblige. Le serveur mail de l’école est tombé en panne il y a 1 minute 30 secondes. Y a-t-il la moindre chance qu’un contrat s’imprime tout seul entre maintenant et demain midi, en pleines vacances scolaires, me donnant une chance d’aller au bureau de l’immigration de Tokyo avant le 31 ? Sans serveur mail, la probabilité vient de tomber à exactement 0,1%. Vous avez des anti-dépresseurs et des billets d’avion en rab ? Mon adresse mail n’a pas changé.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: