Oncle Picsou

Wow ! Il y a tellement de nouvelles choses a raconter mais j’ai tellement peu de temps libre…
Dois-je commencer par la glace aux spaghetti, par comment j’ai par erreur fini dans un love hotel d’où m’a sauvée mon super-tuteur ? Par le chouette debut de mon stage, et ma nuit dans le mythique Sunrise Seto ? Et dire que tout ca c’est passe en globalement 2 semaines !

Bref, je crois que je vais commencer par la porsche, parce que comme ca c’est presque chronologique. Comment ca, “quelle porsche” ? Ne vous ai-je pas raconte comment j’ai gagne 5mn dans une porsche decapotable, juste en sifflant le conducteur ? Non non, ce n’est pas du tout ce que vous vous imaginez. N’allez pas me faire un reputation bizarre a cause de ces histoires de love hotel…

Or donc, je suis actuellement en stage a l’universite de Tokyo, mais avant ca il a fallu que je boucle tout mon programme a l’unversite de Tohoku. Ce qui signifie qu’en deux semaines j’ai prepare 2 exposes, ecrit un article scientifique et prepare un dossier de bourse de 10 pages, sans oublier de faire les demarches de stage et de nettoyer mon appart a Sendai, tout en participant a deux reunions franco-japonaises. Autant dire que dormir 7h en 5 jours est devenu une obligation.

C’est dans ces conditions qu’un beau matin a 11h, j’ai recu un mail qui disait: “Salut Lana-chan. Je serai a Sendai ce midi, ca te dit d’aller boire un the ?”
C’etait Usami-san, mon role-modele japonais (pour faire court, un type qui a fait la meilleure universite du japon tout en faisant des courses/rallies de moto/voitures et a traversé l’asie du sud-est en voiture en solitaire avant de se faire embaucher par Honda). Bien qu’on ait echange quelques mails, je ne l’avais pas vu depuis 3 ans: autant dire que je pouvais difficilement refuser.
Alors que je marchais vers le point de rendez-vous, qui donc me dépasse en faisant vrombir sa Porsche Boxter  S décapotable ? Usami-san of course, sauf que sans la voiture je ne l’aurais pas remarqué: locks rasta de 30cm de long, lunettes de mouche et chaine en or pour completer le tableau. Bref rien a voir avec le look permanente décolorée bouclée de mes souvenirs… Lui non plus ne m’avait pas vue et partait en direction inverse du point de rendez-vous, donc j’ai du siffler entre mes doigts pour qu’il s’arrête et me laisse monter (une scène certainement très bizarrement interprétée par les badauds…)

... rutilante

… rutilante

IMG_4943

 

En fait Usami-san a eu un parcours qui ressemble vaguement au mien, mais un peu a l’envers: il a été à l’université de Tohoku puis a fait son master a l’université de Tokyo, a pris 1 an de repos puis est entré chez Honda. Moi j’ai fait Honda pendant mon année de repos, puis Tohoku, et j’aimerais bien rentrer à Tokyo. Et pourquoi pas après revenir à Honda, puisque c’est là qu’apparemment Usami-san est devenu riche… Car oui, la porsche et la chaine en or, c’est parce qu’en deux ans a bosser à la cool chez Honda il est passé d’étudiant fauché qui peut pas se payer un hotel quand il vadrouille, à plutôt bien riche si j’ai compris. Et quand je dis qu’il bosse a la cool, c’est que le nombre d’heures obligatoires au bureau est de 30… par mois. Thème de recherche libre, pas d’obligation d’écrire des articles, et il n’écrit pas une ligne de code de la journée (pour info son thème de recherche c’est les voitures autonomes qui se conduisent toutes seules, donc normalement il faut quand meme savoir programmer). Bref je suppose qu’il a du obtenir des hyper super resultats pour se retrouver là !

Bref, après avoir fait un tour dans sa frimante voiture et discuté un moment, on est allé voir son ancien directeur de labo, qui a insité lourdement pour que je sois africaine mais fait du très bon café, et s’est finalement exclamé: “Quoi ! Tu vas travailler tous les jours habillé comme *ça* ?!”

*Ca* faisant réference aux locks évidemment, mais aussi au piercing géant et chaine en or avec pendentif rutilant, sans oublier le sarouel bizarre (personne ne s’habille comme ça au Japon, si vous en doutiez) dans une entreprise où le costard cravate est censé être la norme.

Après avoir choqué son ancien prof avec des noirs qui sont pas africains (“mais tes parents, ils SONT africains avoue ?”) et des salariés sarouelés, Usami-san est reparti dans sa chouette voiture dreadlocks au vent, et moi je suis retournée dans mon labo pour 20h supplémentaires de labeur solitaire.
Cela dit c’est aussi lui qui m’a suggéré d’aller démarcher des labos de Tokyo pour voir si je ne pouvais pas m’enfuir de Tohoku, et donc c’est un peu (beaucoup) grace à lui que je fais en ce moment même un stage dans un labo vraiment génial*. Alors je me sens un peu obligée de considérer son offre de sauter la case “doctorat” et d’essayer de me faire directement embaucher par HRI. Hé, moi aussi je veux être riche !

*Quand une collègue fait tomber son parapluie, mon supérieur shoote fort dedans d’un air triomphant (sa collègue est un peu comme ça aussi, alors ils sont copains comme cochons). Il chante dans le train, et est pris d’envies subites de danser dans les musées. Il dit des mensonges gros comme une maison sans ciller, et répond une fois “Oui!” une fois “Non!” si on lui pose 2 fois la meme question a une minute d’intervalle. Il interrompt sa présentation devant 40 personnes pour apostropher un pauvre collègue d’un retentissant: “Hé ! Ce slide je l’ai mis juste pour contredire ton papier de l’an dernier. Qu’est ce que t’en penses ?”, le slide en question étant un scan de notes manuscrites illisibles. Mon prof a une figure un peu terrifiante, mais en vrai il est hilarant… dans un style un peu spécial. Il a 53 ans, et exactement 2 cheveux blancs.

PS: je n’oublie pas la glace aux pates.

Divers

Je n’ai pas d’inspiration pour le titre de ce post, mais ca va parler de multicopters, de nourriture et de boissons !

Commençons par un update sur mon article sur les quadrocopters: après des recherches que j’imagine intensives, mon agent (OK: mon père…) a trouvé trace sur le net du fameux papier. Ce qui m’a rappelé que Honda mettait ses articles en accès libre sur son site web. Voilà donc où vous pouvez trouver mon papier: http://honda-ri.jp/publications/ , “Recently published papers”, mois de Mars, le seul lien en anglais qui porte mon nom.  Ou ici, cliquez sur le bouton “pdf”. Autant que je vous prévienne: si vous comprenez rien c’est pas grave, mon superviseur non plus. Non seulement le papier est mal écrit (je sais pas pourquoi mais apparemment je suis la seule à être nulle à ce point en écriture de papiers…), mais en plus à cause de ça si vous êtes pas spécialiste en “Multicopter localization using sound landmarks” vous allez avoir du mal. (sachant que vu que c’est mon papier, c’est moi l’unique spécialiste mondial…)

Bref, passons aux choses sérieuses ! En dépit des occasionnelles déconvenues, je continue à me précipiter sur les boissons bizarres qui apparaissent au détour d’une bouteille de thé glacé. Aujourd’hui en rayon nous avons le jus de tomate pétillant au gingembre:

Tomash tomato soda

… Qui en dépit de tout bon sens, s’est révélé être vraiment délicieux. Rafraichissant, un peu salé, un peu sucré, un peu piquant… Malheureusement peu de gens ont du être du même avis que moi, car il a disparu des magasins en tout juste 2 semaines. RIP Tomash T_T

Je vous présente également cette incongruité:

White cola

Le white cola de noel (ouais ça date), au gout de bonbon Coca Cola fondu (vous savez ceux en forme de bouteille). Super sucré et super artificiel comme goût, autant un bonbon ça va, mais alors 250ml c’est vraiment trop. Il m’a servi à déboucher l’évier du labo. Vous auriez du voir comment c’était tout propre après…

Pour finir cet onglet boissons, mon compagnon des soirs de fête:

Japanese Cider

Et ouais, du cidre japonais ma bonne dame, fait avec des vraies pommes et tout ! L’une des rares boissons que j’aie pu acheter au japon dont la liste des ingrédients tient en une seule ligne. 3% d’alcool, je suis nulle en vins mais j’aime bien ce cidre, il est doux et pas excessivement pétillant (pas comme certains où tu te retrouves avec que de la mousse dans la bouche).

Et maintenant passons à la nourriture, en commençant par le “oden” organisé par mon labo il y a quelques mois:

self-made oden

Le oden c’est un peu difficile à décrire. En gros il y a toutes sortes de petites “éponges” à base de pâte de poisson, avec des différences de consistance, de fabrication et d’ingrédients, qu’on plonge dans un bain aromatique avec quelques légumes. C’est un croisement entre une soupe et une pochette surprise, et en fait c’est vachement bon. On en vend aussi dans les magasins, et je n’ai mangé quasiment que ça pendant une semaine après en avoir découvert l’existence.

Continuons avec un truc bizarre dont j’ai oublié le nom:

Un-yukimi daifuku

La consistance du coeur blanc était la même que celle d’un marshmallow fondu, le tout enrobé de nutella basse qualité, avec un extérieur en mochi (pâte de riz). C’était un peu ecoeurant, honnêtement ca vaut pas un yukimi daifuku (je sais pas si j’ai déjà parlé de ce délicieux dessert ? une glace enrobée d’une couche de mochi glacé et saupoudré de sucre glace… Mmmm !)

Pour finir, un teaser que si j’ai le temps j’enverrai un article à Eat’n Waf, parce qu’il le vaut bien:

Napolitan Pasta flavoured ice cream... WTF  Garigari-kun?!?

Napolitan Pasta flavoured ice cream… WTF Garigari-kun?!?

 

Oui, c’est bien une glace.

Neige et printemps

Salut à tous !

Vous êtes au courant ? Cette semaine c’était l’equinoxe de printemps ! Pour fêter ça à Sendai on a eu droit à une tempête de neige.

Ca faisait longtemps. Enfin non. Il neige plus ou moins tous les jours ici, depuis plusieurs mois d’ailleurs. Je ne sais pas ce qui fait que la neige tient ou pas, mais vous avez sûrement entendu parler des grosses chutes du mois dernier (ou avant ça ?) au Japon. A Tokyo ils ont eu 30cm, nous on  a eu 40 à 50cm, mais heureusement la ville est super bien organisée de ce côté là: j’ai été prévenue de la tempête de neige par un message sur mon non-smartphone, les bus ont chaussé leurs chaînes, et les chasse neige ont roulé toute la nuit.

Ca commence comme ça... (près de chez moi)

Ca commence comme ça… (près de chez moi)

et pis ça finit comme ça. (mon campus)

et pis ça finit comme ça. (mon campus)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin bon, j’aime toujours la neige, à part quand elle commence à fondre et puis qu’elle regèle en plaques de verglas et qu’après il pleut par dessus, surtout si ça dure TROIS SEMAINES.

Heureusement, je serai bientôt de retour à Tokyo pour quelques mois (2), en stage à l’Université de Tokyo ! En vrai j’aurais voulu faire un doctorat là bas, mais bon financièrement parlant ça serait super chaud (sans parler du fait qu’entrer à l’université de Tokyo c’est très difficile: c’est une université hyper côtée au niveau *international*…). Du coup la raison officielle de mon stage c’est “Oui, je voudrais faire un doctorat mais avant j’aimerais savoir où je mets les pieds (histoire de pas retomber sur un labo déprimant comme celui ou je suis maintenant mais chut)”, mais bon, à moins d’une grosse bourse de la part du gouvernement Japonais ça a peu de chance de se concrétiser.

Et à propos, vous ai-je raconté que j’ai donné ma première présentation en tant qu’étudiant chercheur ? C’était il y a deux semaines, à la Convention Nationale de la Société Japonaise de Traitement de l’Information. C’était intéressant et aussi très stressant: après 15 d’expérience je suis toujours aussi nulle en exposés. En plus je l’ai fait en anglais, car il n’y a personne pour m’aider à corriger quand j’essaie de rédiger ce genre de trucs en japonais (ceux qui disent que j’avais pas qu’à sauter les cours de jap ont raison, d’ailleurs je vais m’inscrire à un cours par internet cette année.).

L’article s’appelle “Multicopter Localization with Sound Landmarks”, et en gros ça parle de comment c’est trop dur d’utiliser des microphones sur des robots volants parce qu’ils sont très bruyants, mais heureusement JE suis là pour sauver l’affaire… A moi le Nobel ! (en vrai c’est un article super bas niveau avec des fautes et vous le trouverez référencé nulle part…)

Aussi, j’ai été choisie pour noter un article à paraitre (ou pas) dans une très prestigieuse conférence internationale, mais c’est top secret ! Donc je vous dit pas le sujet, et puis bouchez vous les oreilles en lisant la phrase précédente, merci…

Puisque j’étais à Tokyo, j’en ai profité pour manger plein de trucs trop bons, acheter des bouquins en anglais et aller me promener à mon endroit préféré :

le rayon de soleil, les gratte-ciels...  Au bout du très chic Ebisu Garden et de tous ses restos et brasseries. Et au sous sol, sa boulangerie française.

le rayon de soleil, les gratte-ciels… Au bout du très chic Ebisu Garden et de tous ses restos et brasseries. Et au sous sol, sa boulangerie française.

Le château de Joel Robuchon, je suis sûre que j’ai déjà mis des photos ailleurs, mais il est toujours aussi magnifique !

A bientôt pour un nouveau post, qui parlera peut-être de nourriture car j’ai entendu dire que le Japon va sortir une glace aux spaghetti bolognaise (<– autocorrect me propose “spaghetti gabonaise” \o/ )

Panneaux #9

C’est moi où on est déjà au milieu du mois de Janvier ?! Hey, Bonne Année 2014 chers lecteurs !

Et quoi de mieux pour commencer l’année que des nouilles japonaises ? Normalement on mange des soba, mais les parisiens ont la chance d’avoir une “Ramen Week” la semaine prochaine alors si vous en avez l’occasion, ne boudez pas les ramen !

Quant à moi en cette année nouvelle, j’ai l’honneur de vous proposer quelques panneaux (ça faisait longtemps !).

Notre premier panneau ne devrait pas trop vous étonner, maintenant que vous avez une petite idée de l’endroit où je vis:

BewareBear

Attention, sortie d’ours

Un peu comme les “Attention, sortie de camions”, mais avec des ours. Cette photo a été prise sur un pont au dessus d’un gouffre réputé comme étant un “suicide spot”, c’est à dire un endroit, euh… populaire… pour se suicider. D’où les barrières géantes pour empêcher les gens de grimper par dessus. N’allez pas vous imaginer des hordes de suicidaires enragés et la rivière en dessous jonchée de cadavres (dévorés par les ours ?), mais une campagne d’affichage “recherche personne disparue” a été lancée dans le coin il y a quelques mois… Donc bon, ce n’est pas un endroit extrêmement joyeux, c’est un signe discret du côté un peu sombre du Japon, sur la route de bus à mi chemin entre un parc d’attraction et mon campus.

 

Un panneau qui n’a strictement rien à voir:

StaticElectricityRemover

Et ben en voilà un truc pratique ! Finis les doigts qui crépitent.

 

Le dernier panneau n’est pas vraiment un panneau, mais une chose dont vous avez peut-être déjà entendu parler:

SpecialVendingMachine

Vous saviez peut-être déjà que le Japon possède des distributeurs partout, de tout et n’importe quoi (cravates, sous-vêtements, glaces, tickets pour un bol de ramen…). Mais saviez-vous qu’il y avait aussi des distributeurs avec un thème plus vague, comme ici, “produits de la ferme” ? J’en avais entendu parler, mais je n’en avais jamais vu… C’est chose faite: voilà un distributeur sous forme de petits casiers, où pour moins d’un euro vous pouvez repartir avec un chou, des oignons, des radis, des patates, des pommes, des jus ou des canettes de soupe au maïs.  J’étais déjà passée devant ce distributeur en bus, et je l’avais confondu avec un placard à chaussures… Cette fois je suis descendue juste pour jeter un oeil (et j’ai fait les 2km restant jusqu’au labo à pieds. Dans le froid. Je vous ai dit qu’il neigeait 2 fois par semaine depuis Décembre? L’huile d’olive dans ma cuisine a gelé. PLAIGNEZ MOI.)

Dans un tout autre registre, j’ai envoyé mon premier article scientifique à la “76e Convention Nationale de la Société Japonaise de Traitement de l’Information”. Ca sonne pompeux mais il n’y a pas de selection à l’entrée, du coup aucune chance que mon article soit rejeté. Pas comme mon essai malchanceux l’an dernier à la convention internationale de robotique… A laquelle je retente ma chance dans un mois. Bref, ca parle de robot-hélicopters et c’est pas bien passionnant, mais il faut bien commencer quelque part !

Donnez moi un P ! Donnez moi un A ! Donnez moi un P.A.T.E.N.T. !

Beaucoup, beaucoup d’evenements nouveaux depuis deux semaines ! Il va falloir trouver du temps pour organizer tout ca en posts bien nets, mais en guise de mise en bouche, voila un extrait de ma correspondance email-ienne avec mon boss de chez Honda Research Institute (il serait temps de lui donner un nom. Appelons-le Super-N.):

De : Super-N.:

Dear Octopoulpe,

We are planing to submit a patent […] The right of the patent should be given to HRI according to internship contract,
but you will be offcially registered as an inventor.

Oh maï godde ! Me voila “officiellement enregistree comme inventeur” sur un (tas de) brevets depose par Honda ! Comme c’est super-secret, j’ai pas le droit d’en parler, mais l’invention en question est purement intellectuelle et n’a rien d’extraordinaire (non, je ne me suis pas transformee en genie entre ma moyenne de 5/20 a l’INSA et mon stage chez Honda…). Mais quand meme ! Ce stage, c’etait un peu la grosse chance de ma vie je crois. En plus d’etre ma meilleure experience professionnelle a ce jour. Et d’autres avantages que vous connaitrez au prochain post.

En attendant, la signature de Super-N est passee de l’equivalent de ca :

… Cordialement, Jacques.

Jacques Chirac, President de la Republique Francaise bla bla bla

a ca :

Bisou bisou,

Jacquot

Cuisine – salle de bain

Voici venu le temps d’expliquer la photo du dernier article ! Du coup on va parler plomberie. Mais avant, ceci :

map

Vous ne voyez pas ce que c’est ? Alors je traduis le titre : “Temoignages oculaires de la presence d’ours entre Septembre 2012 et Juin 2013”. Oh, et ce n’est pas une carte du parc national de je ne sais ou, c’est une carte de mon campus 😀

Oui, rien que ces 2 dernieres semaines, une demi-douzaine de signalements d’ours ont ete confirmes. Toutes les bulles rouges sont de cette annee; moi on m’avait dit que ca arrivait 3, 4 fois par an qu’un ours soit appercu a la lisiere du campus, mais je suppose que cette annee est particuliement riche en plantigrades… Il faut dire que Sendai est une ville decoupee en petits morceaux jetes a travers une foret de pins et de cypres geants; justement hier, j’ai vu pour la premiere fois de ma vie deux gros Tanuki traverser la route qui mene a mon labo et continuer a trottiner sur la pelouse. Enfin, les ours de Sendai ne sont pas non plus de monstrueux grizzlies, il parait qu’ils sont plutot petits. Et ils font en moyenne 0 morts par an, a comparer avec les 40 assassinats annuels perpetres par les guepes geantes japonaises… Ah, les joies de la campagne.

Le tanuki de Wikipedia (non, c’est pas un raton laveur)

l’ours japonais wikipedien

Le campus aux ours s’appelle “Campus de la Montagne aux Feuilles Bleues, Aobayama Campus” (La montagne n’est pas bleue hein. tout ce qui est jeune/nouveau/pas mur est bleu en japonais, donc par extension, tout ce qui est vert est egalement “bleu”… comme le “feu bleu” au carrefour, et les “legumes bleus” necessaires a une alimentation equilibree…). J’habite moi-meme sur la “Montagne Qui-Fait-Face, Mukaiyama”,  ” face a quoi ?” me direz-vous, et bien au centre-ville : on a une super vue sur le bourg. Ma montagne qui fait face est elle meme au pied de la “Montagne aux 8 arbres, Yagiyama”, qui n’a pas que 8 pauvres arbres plantes dans un coin, mais en japonais 8=beaucoup, alors vous comprenez… qu’il y une grosse foret. Ce nom est toujours moins ridicule que celui que j’entendais au debut : “Montagne aux Chevres (Yagiyama)”. Enfin bref, il y a beaucoup de montagnes ! Bien que la ligne de bus soit directe entre chez moi et le campus aux ours, pour y aller il faut passer devant 6 ecoles, un parc d’attraction, un zoo (nul doute qu’ils aient beaucoup d’ours), un jardin botanique et un gouffre sans fond.

Pour en revenir a ma cuisine, je n’ai pas d’idee de transition alors je n’en mets pas. Sur la photo du dernier article, vous avez pu admirer le chauffe-eau au dessus de l’evier (bien devine, Papa). C’est un chauffe-eau au gaz, car tout marche au gaz ici : la cuisiniere, le chauffe-eau de la cuisine, mais aussi celui de la salle de bain. Celui-la est tellement complique qu’il a fallu que l’employe du GDF japonais m’explique comment prendre une douche… Il faut d’abord ouvrir la valve du gaz, puis celle du chauffe-eau, puis tourner une manivelle pour activer une pierre a feu, puis choisir entre “douche” et “bain”, puis ouvrir l’eau, puis choisir une temperature entre 0 et 6, et tout recommencer a l’envers pour eteindre. Autant vous le dire tout de suite, 0 c’est froid, et 0.5 c’est deja de la lave en fusion, sauf les jours ou 5 est froid et 6 les portes de l’enfer. Il faut plus de temps pour regler la douche que pour prendre une douche… je ne me suis pas encore risquee a prendre un bain, mais le setting “bain”  chauffe l’eau en circuit ferme, ce qui est plutot cool. Puisqu’on est cense entrer dans le bain japonais apres avoir pris une douche, et donc laisser l’eau bien propre pour le reste de la famille, il parait que certaines baignoires peuvent etre reliee a la machine a laver pour utiliser l’eau au premier rincage. Enfin moi ma machine, elle prend son eau au robinet d’eau froide, et elle degorge son jus de chaussette sur le sol  de la douche, faute de bouche d’evacuation… Ah, les joies de la campagne ! Ou du 19e siecle, c’est selon.

Pour finir comme j’ai commence, sur une note animaliere, le mois prochain je vais a une course de chevaux ! Pas loin de la prefecture de Fukushima : plus les chevaux ont de pattes, plus ils doivent courir vite non ? Blague a part, c’est le seul hippodrome du coin, la prefecture de Fukushima fait environ 14 000 km2, et je n’ai pas l’intention d’aller trainer dans des zones interdites ou de louer un 2 pieces dans un reacteur nucleaire, donc pas d’inquietude ! (A titre de comparaison, il y a 3 centrales nucleaires dans un rayon de 60km autour de Lyon…)

Une maison

Salut a tous, et merci pour les messages d’encouragement par mail ou sur le blog !

Si j’ai recommence a poster, c’est parce que les choses s’arrangent petit a petit : deja au moment de la publication du dernier post, j’avais commence a demenager. L’appart n’est pas parfait, mais il vaut mille fois mieux que le dortoir universitaire. J’ai quelques photos de l’appart en question, mais chacune d’elle merite un post a part entiere : je les publierai donc petit a petit.

Je disais donc que beaucoup de choses avaient commence a s’arranger avec mon demenagement : pour commencer, un gentil personnage m’a gratuitement aide a demenager a l’aide de son gros van. Apres quoi nous sommes meme alles au festival de la ville, qui avait lieu le meme jour : j’en etais presque a changer ma vision de l’habitant moyen de Sendai*, quand le demenageur provisoire (appelons le Mr Van) m’a appris qu’il n’etait pas du tout originaire de la ville de Sendai, mais du Kansai… Soit ma region preferee du Japon, celle ou j’ai fait mon premier stage. J’aurais du m’en douter !  Et comme Mr Van a fait une annee d’echange universitaire a Grenoble, qu’il est sur le meme campus que moi, et qu’il habite dans un quartier voisin du mien, depuis nous nous rencontrons une ou deux fois par semaine : c’est sa seule occasion de parler francais, et pour etre honnete, c’est aussi ma seule occasion de parler japonais.

La semaine suivant le demenagement et cette rencontre providentielle, les gars de mon labo m’ont invitee a faire partie de leur equipe de baseball. Ils etaient certainement tres deseperes, pour engager une fille (oh mon dieu) qui n’a jamais vu un match de baseball de sa vie (oh mon double dieu), et qu’ils evitaient plutot soigneusement jusque la; si j’ai bien compris, il leur manquait 5 membres pour avoir une equipe complete. Je m’attends a ce que les prochains a se faire recruter soient le rubiks cube mascotte du labo et l’aspirateur du placard a balai…. Quoiqu’il en soit, depuis, nous avons etes nous entrainer tous ensemble et il arrive regulierement que quelqu’un m’adresse la parole de son plein gre : une chose inimaginable il y a quelques semaines !

Enfin le temps est devenu presque tiede pour feter le printemps; il a fait beau pendant 2 semaines, puis a nouveau de la puie. Malheureusement la saison des pluies a, parait-il, beaucoup d’avance cette annee; et tout le monde me dit qu’a Sendai saison des pluies = froid mordant.

Oh, et j’allais presque oublier : le mois prochain, mon boss de chez Honda viendra rencontrer le chef de mon labo a l’universite pour discuter des modalites du contrat de “joint research”, c’est a dire qu’il devient de plus en plus probable que je travaille pour Honda tout en etant eleve de l’universite durant les 2 ans qui viennent : mon sujet de recherche sera a la fois en rapport avec ce que fait le labo de l’universite, et ce que fait le labo de Honda. De ce fait, pour la meme quantite de travail qu’un etudiant lambda, je pourrai profiter des fonds de Honda pour payer une partie du materiel neccessaire (en l’occurence des robots). J’aurai aussi l’occasion de retourner souvent a Tokyo aux frais de l’entreprise, et peut etre meme de recevoir un mini-salaire. Et surtout, je reverrai mes amis Tokyoites, mon immense labo de reve avec tous ses genies joyeux et communicatifs, ses fetes et son immense cantine !  …Enfin peut-etre.

Pour finir sur une note moins joyeuse, voici ma cuisine :

kitchen

Vous ne voyez pas le probleme ? Moi non plus, jusqu’a ce qu’il se faufile entre mes orteils un jour que je n’avais pas allume la lumiere. “Des cafards, il en a dans toutes les villes du monde !”, me direz-vous peut-etre. C’est aussi ce que je me disais en courant acheter de l’insecticide a l’epicerie du coin. Le cafard en question s’est vite retrouve hors d’etat de nuire; malheureusement un pote a lui s’estant, trouve incommode par les vapeurs toxiques, il a surgi de nulle part, avant de courir partout sur ma vaisselle propre, de se frotter le ventre sur les poils de ma brosse a dent et d’aller mourir dans l’evier. Autant dire que je n’etais pas extremement ravie, bien que cela m’ait apporte la solution a ce mystere : “mais qui donc s’amuse toutes les nuits a declencher les pieges de ma plante carnivore, pourtant posee sur la table a cote de mon lit ?”

*Tout le monde n’a pas la meme experience negative de cette ville que moi, loin de la